L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques !
Vous êtes ici : Accueil » L’oeuvre de Pierre Bourdieu » Hommage pratique

Hommage pratique

D 31 octobre 2004     H 00:00     A Sami Bouri     C 0 messages



L’élève Pierre Bourdieu fréquenta le lycée Louis Barthou dans la décennie 1940.Ce dernier accueillait alors l’élite du mérite scolaire, qui était en même temps par l’effet d’une nécessité socio-logique, l’héritière de l’élite sociale. Pierre Bourdieu, « brillant » élève, appartenait lui, à une famille de petits fonctionnaires ruraux, mais en ascension sociale .
Depuis lors, les années 1960 puis 1980 ont vu se succéder en France, deux vagues de démocratisation de l’accès au lycée.
Ces décennies furent également celles de la naissance et de l’essor d’une nouvelle discipline scolaire, nécessairement hybride, et que d’aucuns à la suite de Pascal Combemale [1] ont proposé de nommer les nouvelles humanités : les sciences économiques et sociales.

Ces trois séries d’évènements forment la matrice de notre projet.
En effet, ils constituent d’abord un faisceau de raisons historiques. Car les S.E.S. emportent dès leur avènement (1966) la vocation d’apporter une réponse aux difficultés concrètes posées par la démocratisation scolaire : faire en sorte qu’elle ne soit pas simplement une massification, n’altérant finalement en rien, les inégalités socio-scolaires. Or, le travail de Pierre Bourdieu s’est inscrit délibérément et lucidement dans cette tension, d’une part en jetant la lumière avec Jean-Claude Passeron, sur la fonction objective de reproduction de la hiérarchie sociale par l’école , et d’autre part simultanément, en inspirant et soutenant le projet de notre « matière » socio-scolaire. Ainsi aujourd’hui, non seulement chacun des professeurs de S.E.S. doit enseigner à ses élèves quelques résultats du savoir sociologique accumulé par l’intellectuel collectif Pierre Bourdieu (lui-même et ses collaborateurs). Mais il a dû en outre, dans le parcours de sa construction intellectuelle, « se frotter » aux propositions bourdieusiennes, c’est à dire en débattre, parfois âprement tant leur écriture entend épouser la complexité de la réalité sociale qu’elles analysent .

C’est pourquoi cette histoire constitue aussi, une raison pratique de proposer, certes classiquement un hommage à Pierre Bourdieu, mais de le faire en suscitant des pratiques. Il faut en effet s’inspirer de ce qu’il dévoile de la société et de son ordonnancement, c’est à dire de sa nature ancrée profondément dans la condition humaine, incorporée dans et par les individus. Il faut s’en inspirer pour essayer de ne pas (trop) trahir son œuvre et sa posture, indissolublement intellectuelles et sociales. Pour proposer alors de suspendre provisoirement le cours réglé des activités scolaires, en invitant les diverses parties prenantes (élèves, prof de SES, chercheurs-universitaires, étudiants, autres bienvenus), non pas à exposer ex cathedra l’importance intellectuelle du sociologue disparu, mais à pratiquer son savoir sociologique.

Cela peut se faire en accompagnant les premiers pas de lycéens dans l’enquête de type sociologique, en leur soumettant quelques textes accessibles de Pierre Bourdieu, en leur proposant de rencontrer le métier de sociologue en la personne de chercheurs travaillant au sein du paradigme bourdieusien.
Cela peut se faire aussi, en proposant à des citoyens d’horizons divers de réfléchir ensemble sur une question sociale, sa réalité, ses enjeux, ses perspectives.
Cela peut être encore, l’occasion de susciter des rencontres entre les univers, les champs autonomes que sont les sciences sociales, le cinéma, la littérature...
C’est enfin bien sûr donner l’occasion aux savants de faire partager leurs connaissances sociologiques lors de conférences-débats librement ouvertes au plus grand nombre.

Bref, s’activer, se rencontrer, se confronter autour de questions posées par Pierre Bourdieu, mais en veillant à ne jamais corrompre, c’est à dire diminuer le sens, la portée et la complexité des analyses bourdieusiennes, tels sont les sentiers difficiles que nous (vous) nous proposons d’emprunter. Et leurs cahots, qui engendrent les tensions, et donc suscitent l’attention, pourraient alors révéler une certaine fidélité aux exigences de dépassement des distinctions, dont le sociologue dévoilait les illusions.


[1Professeur de S.E.S. au lycée Henri IV à Paris, fondateur et rédacteur en chef de la revue disciplinaire IDEES (ex-DEES). Il a par ailleurs coordonné l’ouvrage Les S.E.S. Emergence et enseignement d’une discipline, CNDP-Hachette Education, Paris, 1995

Dans la même rubrique

31 mars 2016 – La présentation de l’intervention de Stéphane Darbon 2016

1er novembre 2004 – Biographie sommaire

1er novembre 2004 – Ouvrages et Revues sur Pierre Bourdieu

1er novembre 2004 – A voir

30 octobre 2004 – Bibliographie de Pierre Bourdieu

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message