L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques !
Vous êtes ici : Accueil » Les précédentes manifestations » 2007 - Espaces du pouvoir politique » Partenariat avec Champs et ContreChamp 2007

Partenariat avec Champs et ContreChamp 2007

D 21 juin 2007     H 00:18     A Administrateur     C 0 messages


En mai - juin, nous avons prolongé notre réflexion sur l’oeuvre de P. Bourdieu en pratiques, en participant à des conférences débat autour de films projetés lors du festival Cinéma et Territoires "Champs et Contrechamp" organisé par la Cumav 65 avec entres autres, Jacky Tujague, Isabelle Vaillon et Muriel Tastet.

Nous avons ainsi avec beaucoup de plaisir, échangés autour des films « Les Lip » de Christian Rouau, "We feed the world” d’Erwin Wagenhofer, et « Ma mondialisation », de Gilles Perret.

Ci joint, la plaquette de présentation et un article de presse.

JPEG - 108.5 ko
DocpresseCumav

Ci dessous, un extrait de la présentation du festival


"Cette nouvelle édition de Champs et Contrechamp- Cinéma et Territoires est pour nous l’occasion de renforcer nos engagements premiers tant dans la réalisation que dans la programmation en poursuivant notre dialogue avec le territoire.

Valoriser la proximité, solliciter les acteurs essentiels et militants du monde rural et économique auquel nous participons, chercher dans le lointain ce qui ouvre les interrogations sur l’ailleurs et l’ici, telles sont les voies ténues mais souvent fécondes au sein desquelles se livre la mouvance contradictoire et complexe du réel contre les simplifications du marché et de certaines politiques.

C’est dans cet esprit qu’a été élaboré ce programme. Réaffirmer les filiations que nous avons tissées tout au long de notre travail avec des réalisateurs dont aujourd’hui les grands média reconnaissent la valeur :

- Christian Rouaud, compagnon de la manifestation depuis de nombreuses années sera là à nouveau avec bien sûr son film sur « Les Lip », mais aussi sa dernière réalisation sur le monde rural : « L’eau, la terre et le paysan ». Ces films posent toujours des questions essentielles sans se soucier d’effets de mode, il est heureux que de temps en temps la mode les rattrape pour les mettre sur le devant de la scène médiatique.

- Gilles Perret, rencontré avec « Trois frères pour une vie » et dont on diffuse cette année « Ma Mondialisation »… Là encore nous sommes heureux de céder aux mirages du marché quand ce marché épouse et reconnaît les enjeux fondamentaux du monde contemporain.

Réaffirmer notre ancrage dans la proximité avec des réalisations qui partent de ce que sont et de ce que disent les gens d’ici.

Ne pas réaliser une image de ce qu’ils sont mais construire avec eux une réflexion sur ce qu’ils font et sur le territoire qu’ils habitent : « Cette montagne… c’est ma télé » ou encore « Peintres du ciel, peintres des utopies », documentaire sur Jacques Brianti qui n’est qu’une des nombreuses étapes que Jacky Tujague a construites avec lui et que nous désirons encore prolonger par des projets plus ambitieux.

Mutualiser la réflexion avec des partenaires également engagés dans le débat public : avec leur expérience et leurs compétences « ATTAC-Culture », PauSes et le Centre de Ressources du Pastoralisme nous accompagneront dans les échanges autour des films proposés.

Enfin parce que le documentaire peut prendre des formes étonnantes et parce que le compagnonnage est pour nous aussi au centre de notre travail, nous avons invité Florence Miailhe avec une rétrospective de ses
films d’animation qui nous rappelle opportunément que l’art doit être une porte ouverte sur le réel si on ne veut pas en faire un simple divertissement.

Ainsi nous pouvons nous retrouver à la pointe de l’actualité comme par accident parce que l’air du temps rejoint nos problématiques constantes :

- valoriser la place du documentaire dans la production
cinématographique ;

- partir de l’intime pour le rendre public sans voyeurisme ni caricature ; chercher dans le singulier ce qui nous ramène à l’universel de l’homme, son rapport au monde constitutif de ce qu’il est et reflet de ce qu’il fait.

Mais cette actualité n’a d’intérêt que parce qu’elle se construit dans un dialogue avec une mémoire vivante qui porte au sens et au projet. Si nous acceptons l’interactivité, chère au monde contemporain, c’est au sens où l’entend Merleau-Ponty :

« Le monde est inséparable du sujet, mais d’un sujet qui n’est rien que projet du monde, et le sujet est inséparable du monde, mais d’un monde qu’il projette lui-même. »

Isabelle Vaillon,
Présidente de la CUMAV 65"

Dans la même rubrique

28 mars 2007 – Une 5ème édition réussie !

2 mars 2007 – Espaces du pouvoir politique : thème 2007 en mars

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message